Témoignages

Hommage du FORUM OPERA

Liccionipar Christophe Rizoud,

le 05 Mars 2013

guillemet

La triste nouvelle circule sur Twitter sans que l'information ne soit encore reprise sur le Web. Georges Liccioni est décédé hier, lundi 4 mars.

L'Opéra de Marseille avait rendu hommage en décembre 2011 à ce ténor, originaire de Corse, connu aujourd'hui pour avoir enregistré le rôle de Piquillo aux côtés de La Périchole de Jane Rhodes. Mais pas seulement, un extrait du Roi d'Ys sur You Tube donne à entendre ce chant dont la diction française devrait servir d'exemple à tous les artistes lyriques aujourd'hui. Elle valut à Georges Liccioni le surnom de « successeur de Thill » tandis que la légèreté de la voix et l'art de la demi-teinte évoquent un autre ténor fameux : Alain Vanzo. Acclamé en France et à l'étranger, Liccioni interpréta plus de trois cent fois Des Grieux mais aussi Sigurd et Otello, ce qui parait difficile à concevoir quand on découvre ce Mylio dont nous parlions précédemment, mais beaucoup plus vraisemblable à l'écoute, toujours sur You Tube, du duo entre Don Carlos et Posa aux côtés d'un Matteo Manuguerra tout aussi héroïque et bien-disant. Tel Verlaine alors, on se souvient des jours anciens, et on pleure.

Christophe Rizoud
Lien vers la source : https://www.forumopera.com/breve/deces-de-georges-liccioni

 

Edito de Roland Mancini

Roland Mancini, musicologue, professeur, auteur pour l'Encyclopædia Universalis‎

 

Roland Mancini

guillemet

Ce qu'on lui dit souvent à l'orée de sa carrière, mais que sa modestie naturelle réfutait avec le sourire…

De sang corse -la maison ancestrale est toujours là, à Canari où a lieu un grand concours international de chant-, il était né à Marseille le 10 février 1932, y fit ses études et devint comptable, mais sachant qu'il serait chanteur, depuis la manécanterie, où, alto (comme avant lui, Caruso et Gigli avec, comme eux, une mue tardive) il se produisit à neuf ans, à Chaillot avec les "Petits chanteurs à la croix de bois"- jusqu'à son engagement à l'Opéra de sa ville natale.

Non sans un parcours sinusoïdal, son premier professeur, impressionné par la largeur du médium de ce jeune homme trop mince, lui faisant travailler les barytons : ainsi, est-ce avec Valentin et Ourrias qu'il se présente à l'École d'application de l'Opéra de Marseille, où Pierre Mercadel le prend en mains et en moins de deux mois le fait débuter dans… Vincent, en février 1958 : rappelons seulement que Carlo Bergonzi chanta les barytons trois années durant pour, lui aussi, en deux mois, se métamorphoser en André Chénier !

Lire la suite...